top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCaroline Leplatois

Etape 4 : Dépasser nos freins et nos peurs



Certains blocages nous empêchent de nous sentir pleinement à notre place et épanoui.e. C’est le cas du syndrome de l’imposteur, résultat d’un ensemble de croyances lié à notre histoire et qui peut être une barrière à l’expression de notre véritable potentiel.


Sanaa vous livre ici un apprentissage qui l’a aidée à dépasser ce syndrome !


Illégitimité quand tu nous tiens ! Ce qui m’a libéré du syndrôme de l’imposteur


Un nouveau défi, de nouvelles responsabilités et voilà que le doute nous ronge : on se dit que l’on ne sera pas à la hauteur, qu’on aura besoin d’énormément travailler pour y arriver, et que si on y arrive ça sera probablement un miracle et pas parce que l’on est compétent.e et que l’on s’est donné les moyens d’y arriver.


Oui, je l’ai connu ce syndrome qui m’a valu de travailler plus pour être encore plus sûre de moi… Mais le jour où j’ai découvert le coaching où j’ai voulu lancer mon activité, juste après avoir fini mes formations, bizarrement ce syndrome n’était pas présent ! Qu’est ce qui était différent d’avant ?


La réponse est le cœur ! En fait j’avais compris et intégré le triptyque de légitimité, inspiré de Max Weber. Selon lui, la légitimité est définie comme la capacité pour le détenteur du pouvoir de faire admettre ses décisions. Il distingue trois formes de domination légitime :

  • La légitimité rationnelle liée à la connaissance et à ce qui est déduit par le raisonnement (les études, les diplômes)

  • La légitimité traditionnelle liée à la reconnaissance de la valeur de l’ancienneté et de la tradition (fils de, expériences)

  • La légitimité charismatique en référence à la cohérence, met l’accent sur l’importance de la personnalité : alignée entre ce qu’elle aime faire et sait faire, convaincante, marquante, passionnée.

Longtemps, j’ai cru que la légitimité n'était que rationnelle (faire des études brillantes, développer une expertise…) ou traditionnelle (je cumule de l’expérience, je deviens manager et donc cela me procure une forme de légitimité). Malheureusement sur ces deux formes de légitimité très intellectuelles, on peut toujours avoir plus : plus de diplômes, d’expériences, de reconnaissances extérieures. Et combinées avec un penchant perfectionniste / bon.ne élève, très vite, j’aurais pu ne jamais me sentir suffisamment à la hauteur ou pleinement à ma place.


C’est alors que la troisième forme de légitimité intervient et prend tout son sens : la légitimité charismatique. Autrement dit, si je suis connecté.e à ce qui m’anime, j’arrive à parler avec conviction de ce que j’aime faire, et c’est un état d’esprit qui se transmet et se communique.

Et c’est vraiment ce que j’ai tout de suite ressenti en coaching. Tout ce que j’ai reçu est tellement précieux que j’ai à cœur d’aider à mon tour en accompagnant les personnes autour de moi. Et l’impact que cela a sur les personnes que j'accompagne continue à nourrir ma légitimité charismatique : j’aime ce que je fais, et cela apporte de la valeur au monde ! Et ma légitimité traditionnelle au passage ;)


Si je suis connecté.e à ce qui m’anime, j’arrive à parler avec conviction de ce que j’aime faire

Je crois profondément que notre société a longtemps donné le pouvoir au rationnel et au traditionnel. La présence du syndrome de l’imposteur chez des personnes que j’accompagne qui sont extrêmement brillantes à des hauts postes de responsabilité en est la preuve. En tant que coach je les aide à se connecter à leur cœur, à ce qui les anime pour pouvoir se sentir à leur place, développer des convictions, une vision, et fédérer, embarquer autour d’un sujet qui a du sens.


C’est ce que j’aime faire avec les personnes que j’accompagne, c‘est ce que nous faisons avec CHOOSE! : redonner au cœur sa juste place vis-à-vis de notre mental !



 

A vous de jouer !


Si vous souhaitez vous aussi creuser cet aspect, voici quelques pistes de réflexion.


1. Sur chacune des formes de légitimité je me note sur une échelle de 1 à 5

Pour ce faire, je calibre mon échelle en me posant la question de ce que veut dire concrètement être à 5 ou à 1 sur 5 : s’appuyer sur des exemples de personnes qui incarnent ce type de légitimité pour calibrer.



2. Réfléchir à différentes situations où j’ai utilisé l’une des formes de légitimité

pour faire admettre certaines de mes idées ou convictions. Qu’est-ce que ces expériences m’aident à apprendre sur moi ? Avec quelle forme de légitimité je me sens le plus à l’aise ? Laquelle je souhaite renforcer ?



3. Dans les situations où je me sens un peu moins légitime :

  • Comment je pourrais m'appuyer sur mes autres formes de légitimité ?

  • Qu’est-ce que je peux mettre en place pour progresser ? (acquérir de l’expérience, me former, me connecter au sens de mes actions et mettre plus de conscience). Attention, soyez vigilant et lucide sur le fait que pour la légitimité traditionnelle et rationnelle on peut toujours faire plus (une formation de plus, une expérience de plus...).

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Коментарі


bottom of page