top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCaroline Leplatois

Etape 5 : Passer à l’action !




Vous connaissez la bonne nouvelle sur la procrastination ?

Nous le faisons tous ! Oui, oui, chaque être humain remet des tâches à plus tard assez régulièrement.

Et alors, en quoi est-ce un problème ?

Ça devient un problème quand vous vous sentez coupable de mal gérer votre temps ou jugé par votre entourage ou encore stressé car toutes des tâches que vous avez reportées à demain, vous allez vraiment devoir les faire demain.


Commençons par faire un tour du côté des causes de la procrastination subie…

Nous souhaitions tout d’abord vous livrer le concept de fossé intention -action dont la procrastination est une des formes.


Plus cet écart entre votre intention de faire l’action et le passage à l’action est grand, plus vous allez remettre cette action au lendemain.

Cet écart se joue sur 3 axes :

  • Est-ce facile de démarrer cette action ? quelles sont mes résistances à démarrer ? Plus les résistances seront grandes, plus ça doit en valoir la peine

  • Est-ce facile de maintenir cette action ? Dans le cas d’une action récurrente, la première fois que je la fais, j’arrive à me motiver, mais les fois qui suivent…

  • Et si je fais cette action, quelle sera ma récompense ? A quelle fréquence vous félicitez-vous ? D’où prenez-vous la reconnaissance ?


Ce concept de fossé intention-action éclaire les trois grandes causes de procrastination dont nous voulions vous parler :


1. La perte de sens

Cette action que vous remettez à demain depuis plusieurs jours n’a pas de sens pour vous. Donc impossible de vous motiver pour avancer. Vous n’avez pas assez de carburant pour démarrer et encore moins pour maintenir l’action puisque ça n’a pas de sens pour vous !


2. Le perfectionnisme

Parce que quand le dossier que vous devez rendre doit être parfait, ce niveau d’exigence ne correspondra probablement pas au niveau de récompense que vous allez recevoir… alors comment résoudre cette équation d’équilibre entre les deux ?


3. La peur de l’échec

Parce que quand vous avez peur d’échouer, il est impossible pour vous de vous lancer dans l’action. Cette action vous semble démesurément difficile à démarrer. Alors comment équilibrer la peur que vous ressentez avec l’envie d’avancer ?



Approfondissons maintenant les conséquences de cette procrastination non choisie


Avant cela, nous avons eu envie de vous livrer notre pêché de procrastination chez CHOOSE! : lorsque nous (Sanaa et Caroline) avons décidé de publier du contenu, nous nous sommes senties portées par une grande énergie. Et puis, au fil des semaines, avancer sur les sondages et les articles nous a semblé difficile et nous procrastinions, non sans un brin de culpabilité…

Ce qui nous aidé à lever cette culpabilité, c’est de pouvoir nous partager nos difficultés et nous donner l’autorisation en conscience de, parfois, ne pas poster l’article le jour prévu mais le lendemain.

Que se passait-il si nous ne le faisions pas le jour prévu ? Pas grand-chose, nous n’avions pas promis de jour en particulier. Ce qui nous a également beaucoup aidé, c’était de nous reconnecter au sens que nous mettions derrière ces articles, à savoir, partager avec vous, nos lecteurs, un peu de notre expérience et quelques tips pour avancer !


Ce qui nous aidé à lever cette culpabilité, c’est de pouvoir nous partager nos difficultés et nous donner l’autorisation

Pour ceux qui ont répondu à notre sondage, vous avez pu voir les principaux ressentis vis-à-vis du fait de remettre vos actions au lendemain : la culpabilité qui a été le ressenti numéro 1, l’anxiété, le fait de se sentir jugé, et la liste n’est pas exhaustive.


L’art ultime de la procrastination atteint son apogée lorsque vous vous mettez à créer des justifications et des excuses suffisamment convaincantes pour vous et pour votre entourage.

Au-delà de ces ressentis, procrastiner systématiquement sur les mêmes actions va générer un cercle vicieux qui mène à la dévalorisation de soi, à la perte d’efficacité et de confiance en soi notamment sur ces actions comme illustré par le schéma ci-contre.

On vous donne ci-dessous quelques tips pour vous débarrassez de la procrastination culpabilisante et stressante !

Identifiez pourquoi vous procrastinez et choisissez l’action !


Nous vous proposons une étape plutôt introspective et une seconde étape remplie de tips pour vous aider à passer à l’action.


1 / Identifiez pourquoi vous procrastinez


2 / Quelques tips pour vous aider à réduire le fossé Intention-Action

- Planifiez vos semaines et vos journées selon vos priorités et non selon vos urgences.

- Une tâche vous semble vide de sens ?

- Une tâche vous semble insurmontable ? Découpez là !

- Allouez un temps à chaque tâche et mettez un timer !

- Célébrez, célébrez et célébrez !


Ultime conseil (et peut-être le plus important) : choisissez un tips et commencez par celui-là, ne vous surchargez pas ! Un pas après l’autre !


Pour consulter le détail de chacun des conseils, rdv ci-dessous !

Choisissez un tips et commencez par celui-là, ne vous surchargez pas ! Un pas après l’autre !

 

Les Tips de CHOOSE!

- Identifiez pourquoi vous procrastinez


Listez les tâches que vous remettez systématiquement au lendemain.

Pour chacune de ces tâches, identifiez quelle est la cause de report selon le canevas du fossé » Intention – Action :

  • Il vous est difficile de commencer ? de maintenir l’action ?

  • Vous ne vous sentez pas reconnu ?


- Planifiez vos semaines et vos journées selon vos priorités et non selon vos urgences


Eisenhower, ancien président des Etats-Unis était connu pour sa grande efficacité et sa gestion du temps. Il a découpé ses tâches en deux segmentations : le segment urgent et le segment important.

Est urgente toute tâche qui ne peut être reportée sans conséquence néfaste

Est importante toute tâche qui vous fait grandir, qui fait avancer vos projets et ce qui est important pour vous


Voici comment Eisenhower traitait ses tâches par ordre de priorité :

1. Important – Urgent : à faire immédiatement

2. Important – Pas Urgent : à faire bientôt => prévoir des créneaux dans son agenda pour ces tâches

3. Pas Important – Urgent : est-ce vraiment à faire ?

4. Pas Important – Pas Urgent : ne pas faire


Enfin, votre planning doit « respirer » : Prévoyez des temps de buffer pour l’imprévu dans votre agenda (30min à 1h par jour)



- Une tâche vous semble vide de sens ?


Que se passe-t-il si vous ne la réalisez pas ? S’il ne se passe rien, alors, arrêtez !

Sinon, allez interroger en quoi elle est peut-être importante pour vous et reconnectez-vous à ce sens et au besoin profond que vous nourrissez en faisant cette action.



- Une tâche vous semble insurmontable ? Découpez là !


Comment pouvez-vous la découper en petits pas pour que le premier pas vous paraisse faisable ?

Une fois que vous serez passé à l’action, cela vous semblera beaucoup plus facile !

Et n’oubliez pas de célébrer régulièrement vos petits pas.



- Allouez un temps à chaque tâche et mettez un timer !


Et oui, on pourrait passer des heures sur certaines tâches, mais quelle sera la valeur ajoutée supplémentaire apportée ?

Réfléchissez au temps que vous souhaitez allouer à chaque tâche et tenez-vous y !

Au fur et à mesure que vous progresserez, vous serez de plus en plus précis sur le temps que vous choisissez.



- Célébrez, célébrez et célébrez !


Pourquoi attendre les félicitations de ceux qui nous entourent ? Commencez par vous-même célébrer vos réussites ! Chaque semaine, prenez 15min, sur un créneau que vous aurez défini pour lister toutes vos réussites, petites et grandes, de votre semaine. Et savourez l’effet que cela fait !

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page